Accueil > Photographie > PHOTOGRAPHIE N°8 – VIDES ET ESPACES

PHOTOGRAPHIE N°8 – VIDES ET ESPACES


VIDES ET ESPACES

Lorsque qu’un spectateur examine une photographie, son regard sera de préférence attiré et intéressé par les éléments “narratifs” décrivant le sujet (formes, objets, personnages, décor etc…), sans toujours se douter que le plaisir qu’il prend à regarder cette image et l’émotion qu’elle lui procure tiennent tout autant aux vides et espaces plus abstraits, engendrés par les pleins.

Ces vides pourront consister en surfaces absolument vides de toute configuration, lorsque le sujet se détache sur un fond neutre ou sur un espace de ciel dégagé. Ils pourront également consister en un arrière plan plus travaillé : paysage vu dans le lointain, effet de matière, etc…

En pratique

L’essentiel visera à assurer l’unité :

  • des vides aussi simples que possible, c’est à dire tendant vers la géométrie : le rectangle, l’ovale, le triangle, les courbes harmonieuses… donneront toujours une plus grande unité plastique à l’ensemble et faciliteront notablement la lecture de l’image.
  • lors de l’opération de répartition des masses, il faudra donc constamment s’assurer que la découpe (ou les contours) des différentes formes représentées engendre des vides (relativement) simples qui n’agressent pas le regard.
  • lorsque la découpe d’une forme est relativement compliquée, en dent de scie ou en zigzag, ou très sinueuse, et qu’on ne peut la simplifier, une solution consistera à lui opposer une autre forme dont la découpe sera nettement plus rectiligne, de sorte que le vide entre ces deux formes soient moins agressif pour le regard.
  • lors de l’opération de répartition des masses, un autre moyen de simplifier les vides sera de regrouper en une seule masse de contour relativement rectiligne plusieurs formes aux contours originellement compliqués ou trop dentelés.
  • le traitement des vides, comme celui des pleins, ne se fera jamais sans tenir compte des tyrannies de l’oeil humain. Sachant que le regard se désintéresse facilement d’une composition trop sagement symétrique ou qui manque de diversité, on fera attention à ce que les espaces vides ne sont pas trop égaux ni trop régulièrement disposés ou espacés sur toute la surface de l’image.
  • lorsque le sujet est constitué d’une seule grande masse principale (personnage en pied ou en buste, etc…), on fera en sorte qu’elle ne soit pas trio centrée sur l’axe vertical ou horizontal de l’image, afin de ne pas engendrer, de part et d’autre, des vides d’égale surface.
  • lorsque le sujet doit être centré sur l’image, on fera en sorte que sa découpe produise des vides inégaux de part et d’autre.
  • lorsque le sujet implique la présence de plusieurs éléments distincts, disposés côte à côte, il s’agira également de veiller à ce que les vides jouent bien leur rôle de “liant” et participent à l’effet d’ensemble.
  • attention également aux vides trop étroits entre deux formes voisines mais distinctes. A l’encontre de l’effet recherché, les deux figures, trop étroitement “liées”, pourraient paraître ne former qu’une seule masse.

De plus, des vides trop étroits entre les différents éléments représentés donnent souvent une allure de fragilité à une composition, sinon une impression de confusion.
les vides trop étroits, étriqués, en bordure de la composition sont également à éviter. Peu agréables au regard, ils donnent toujours l’impression d’un cadrage mal maîtrisé. S’il n’est pas possible de ménager un vide suffisant en bordure du cadre de l’image, une bonne solution consistera à cadrer le sujet franchement à cheval sur le cadre de l’image, c’est à dire “en amorce” de celle-ci, pour supprimer le vide incriminé.

Lorsque l’on compose, on ne se préoccupe pas toujours des vides dans un but seulement esthétique. Dans bien des cas, les vides et espaces peuvent avoir par eux-mêmes une valeur et une force expressive peu communes selon les principes très généraux que voici.

Les vides expressifs, quelques principe généraux

  • plus le vide envahira l’image, plus celle-ci apparaîtra “aérée”. Lorsque ce grand vide environne de toute part le sujet, il donnera une impression de solitude, d’isolement, voire d’abandon.
  • par contre, plus on se rapprochera du sujet (plan rapproché, gros plan), plus les vides ou espaces seront réduits autour du sujet, plus l’image prendra un caractère oppressant (elle est peu aérée).
  • un grand espace vide entre deux figures suggérera visuellement l’idée de séparation, de rupture, de désaccord, voire d’antagonisme, ou de au contraire, l’idée d’affinité, d’entente, d’accord, lorsque le vide est peu important entre les figures.
  • un grand espace vide devant un sujet en mouvement dynamisera plutôt le mouvement. Par contre, si le sujet est centré sur l’axe de l’image, donc environné de vides trop égaux, le mouvement paraîtra plus statique, plus figé.

Exemples de vides expressifs

Les vides expressifs

Vides_expressifs_1
vides_expressifs_2

Les vides expressifs, sujets en mouvement

vides_expressifs_sujets_en_mouvement

Publicités
Catégories :Photographie Étiquettes : , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :